Claire Richet

Claire Richet

Agent de liaison dans le réseau « Alibi »

Vidéo

Durée : 22:26

L’engagement

« Nous étions, je dis nous ! je dirai souvent nous d’ailleurs, nous habitions Clermont-Ferrand, donc l’Auvergne, proche de Vichy et nous avons accueilli, je crois que c’est très important, à partir de 1939-40 les universités d’Alsace, quelques universités parisiennes, les grands lycées parisiens, et l’Auvergne, Clermont-Ferrand qui était une ville bien calme a changé beaucoup de visage.

J’appartenais à une famille d’enseignants, mon père était professeur de Sciences à l’École primaire supérieure, à ce moment-là, il y avait l’École primaire supérieure, ce n’était pas le collège et ma mère dirigeait une des plus grandes écoles de Clermont, une école primaire, Montferrand.

Mon frère était au lycée, avait terminé sa scolarité au lycée comme moi d’ailleurs. Alors famille d’enseignants, famille d’enseignants socialement très, je dirais, engagée socialement du côté du parti socialiste, oui disons socialiste, antifasciste en tout cas, certainement.

Mon père était, avait été prisonnier pendant 4 ans, il avait été fait prisonnier sur le pont de Baccarat, après avoir perdu sa compagnie, il était sous-lieutenant à ce moment-là, et il avait, enfin il a frémi à cette déclaration de guerre, c’est évident. Et puis le discours de Pétain, je ne peux pas vous, … nous a tout de suite déplu.

Très vite, les choses se sont précipitées parce qu’à la faculté, les gens d’Alsace ont eu sans doute, peut-être plus vite que nous, des réactions épidermiques, si je peux dire ou, enfin oui. Notre situation familiale a été bousculée parce que d’abord il y a eu un premier décret de l’Éducation nationale disant qu’il ne pouvait plus y avoir un ménage de fonctionnaires. Ma mère étant donc directrice d’école, logée etc. a été obligée de prendre sa retraite donc il a fallu, c’était des questions matérielles, il a fallu abandonner ce groupe scolaire, essayer de trouver un repli locatif dans Clermont, nous avons trouvé un petit pavillon à Chamalières et puis mon père a reçu une lettre assez dure à recevoir de l’Éducation nationale, disant qu’à partir de telle date, il était considéré comme limogé, entre guillemets, étant donné qu’il appartenait à la Franc-Maçonnerie.

Il a été limogé, et alors bien sûr ce contexte familial faisait que nous ne pouvions pas accepter les choses qui se passaient. Clermont commençait à devenir un peu difficile, la milice commençait à exister, contexte familial toujours, à ce moment-là mon frère qui voulait… qui était inscrit pour préparer l’école de la, qui ne s’appelait pas l’École de la France d’Outremer à ce moment-là, qui s’appelait l’École coloniale, dont la classe de préparation était à Marseille, est donc parti à Marseille, a été obligé de devenir pion au lycée pour que nous n’ayons pas à payer sa pension.

Mes deux parents étaient sans emploi. Donc mon frère était à Marseille et lui aussi a commencé avec le groupe d’Éclaireurs de France dont il s’occupait, le groupe de Routier, là aussi il y avait pas mal d’Alsaciens, pas mal de réfugiés israélites, a commencé à faire un peu de résistance et à avoir… les premiers contacts avec le mouvement Combat.

Enfin il y a des anecdotes amusantes, leur première manifestation c’était un grand concert fait, donné par un orchestre allemand à Marseille où ils sont allés enfin c’était assez célèbre, ils sont allés avec des boules puantes, des boules puantes pendant toute la durée du concert, tout le monde a été obligé de sortir, enfin bon… Après, à ce moment-là, le STO est arrivé, mon frère a été obligé donc de quitter Marseille puisqu’il a pas voulu naturellement se lancer, accepter le STO, il est revenu nous retrouver.

Par vraiment le hasard le plus extraordinaire, nous avons reçu à Chamalières, donc dans notre petite maison, un jeune homme… ou un homme jeune plutôt, que nous avons su plus tard s’appeler MauriceDesaix, qui arrivait par l’intermédiaire d’un de nos amis professeur d’anglais, Dallard, qui était marié à une anglaise, à Clermont-Ferrand, qui connaissait beaucoup le milieu américain qui était encore à Vichy, il y avait encore l’Ambassade américaine à Vichy. Maurice Desaixarrive et nous dit « ben voilà, je m’occupe d’un réseau de renseignement qui voudrait bien s’installer en Auvergne, nous savons que vous connaissez tout le monde, vous êtes de vieux Auvergnats, on pourrait, est-ce qu’on pourrait avoir des contacts, pour installer notre réseau éventuellement même notre poste de commandement.

Alors de fil en aiguille donc, mon père a pu par toutes ses amitiés auvergnates, par tous ses anciens élèves à qui, avec qui il avait gardé contact, il a pu trouver des planques et le PC du réseau s’est installé d’abord à Clermont et ensuite tout autour puisque, il a fallu installer les radios, il a fallu, enfin installer vraiment une équipe

C’est le réseau Alibi ?

Le réseau Alibi. Le réseau Alibi a commencé en Espagne, c’est assez extraordinaire, le chef de réseau Georges Charaudeau était déjà en Espagne où il s’occupait du Service de Renseignement français, en accord avec les Affaires Étrangères d’ailleurs et où il avait une, comment dire, une couverture avec sa femme qui dirigeait un atelier de couture, de haute-couture à Madrid et qui recevait tous les nobles, enfin les femmes des grands madrilènes de ce moment-là, donc il a travaillé pendant presque deux ans là-bas, en accord avec la France d’abord et après l’Angleterre, et en 1942, il a été grillé, il a été obligé de partir et c’est à ce moment-là, en quittant l’Espagne, il rencontre dans la région de Pau dont il était originaire d’ailleurs, un certain… des Anglais qui lui ont dit, il voulait partir à Londres pour bon…puisqu’il était grillé et les Anglais lui disent « non, non, non, il faut continuer ici, on va vous aider… et il faut continuer ici,

On n’a pas besoin de vous à Londres mais on a besoin d’un réseau à Paris, enfin en France », c’est à moment-là, c’est donc pour récupérer le réseau, le poste de commandement d’Alibi qu’il s’est installé en Auvergne et que nous lui avons aidé, nous l’avons vraiment aidé totalement à s’implanter dans la région. C’est amusant, nous avons pu planquer un radio dans le clocher de la petite église de Novacelles, c’était l’église de St-Sauveur, sous la houlette de l’abbé Chapus, le cher abbé Chapus. Bon, enfin voilà c’est la petite anecdote.

Vous aviez plusieurs postes de radio ?

On avait, le réseau Alibi a eu jusqu’à 15 postes radio

Ah oui !

Ça a été très important…

Les Allemands cherchaient à les repérer ?

Oui mais… ils avaient des postes de radio tenus vraiment par des professionnels. Alors ces radios pour quoi faire ? Ben ces radios pour transmettre à Londres bien sûr des renseignements. Des renseignements de quels ordres ? Des renseignements de tous ordres, des renseignements militaires, d’ordre industriel, bien sûr Clermont : Michelin, Montluçon : Bergougnan et puis dans toute la France, le maximum de renseignements possibles sur les industries qui se passaient enfin un peu partout. Des renseignements militaires, et à ce moment-là je peux faire intervenir mon frère si vous vous voulez

Tout à fait !

Qui s’est joint au réseau, le chef de réseau, au moment où il a donc abandonné Marseille pour ne pas partir au STO, il est revenu en Auvergne et là le chef de réseau a voulu l’initier un peu au renseignement, il était jeune, il avait donc 21 ans, oui… et l’a chargé d’une sous-région du Midi, comme il venait de Marseille, la région d’Avignon où il était chargé de collecter le maximum de renseignements. Et c’est là où il a été arrêté à Avignon.

Il faut dire que votre frère s’appelle, s’appelait Paul ?

Oui il s’appelait Paul Cousseran

Comme le prénom de votre père ?

Mon père c’était Ernest

Ernest Cousseran et est-ce qui lui a été menacé ?

Alors lui a été menacé aussi parce que justement après l’arrestation de mon frère, je pense que c’est à ce moment-là,  mon père qui à ce moment-là avait, ça c’est la petite anecdote, avait loué un jardin pour planter son jardin, pour avoir des pommes de terre, pour avoir le minimum, revenait en bicyclette de ce terrain, de ce jardin avec une petite remorque derrière son vélo, avec deux sacs de pommes de terre et il arrivait à Chamalières, pas très loin de notre maison d’ailleurs, en tenue de paysan bien sûr, on vient pas d’arracher les pommes de terre en tenue de ville, heureusement pour lui, il avait son béret sur la tête et son bleu de paysan et la voiture de la Gestapo s’arrête, la voiture, c’est toujours les mêmes, on les repérait, la 11 Citroën noire et alorsBesson, je crois, s’adresse à lui « est-ce que vous savez où habite Monsieur Cousseran ? »

C’était un Gestapiste français ?

C’était la Milice

Alors Papa a réagi immédiatement en disant « oh je sais qu’il habite par-là, mais je pense qu’il habite par là-bas » dit-il en montrant une autre rue et à ce moment-là il prend le vélo à toute vitesse bien sûr, autant qu’il pouvait et… il entre dans une petite rue adjacente, il arrive dans une maison amie et il dit, Madame Bergman -d’ailleurs je me souviens très bien- attention je suis cherché, je passe dans le jardin, je traverse des jardins… » et voilà…  et donc ils n’ont pas trouvé la maison, et la maison, mes parents ont donc le soir même… disparaissaient, bien sûr.

–     Ils sont partis

Et ils sont partis dans le Sud-Ouest… pendant un mois.

Bon mon frère a été arrêté donc là-bas, moi je suis partie à Marseille parce que mon chef de réseau s’était imaginé qu’on pouvait peut-être essayer, pendant qu’il était à la prison, de pouvoir aider à le sortir comme on en avait fait sortir d’autres. Donc je vais trouver un chef Éclaireur médecin qui était à l’hôpital de la Conception qui est à côté de la prison et il a essayé, parce qu’à ce moment-là, ça ne se faisait pas mal, d’envoyer des cachets à travers le mur, au-delà du mur de la prison qui jouxtait l’hôpital, les infirmières jetaient des cachets de… pour donner la jaunisse aux prisonniers, parce que les Allemands pouvaient pas supporter, les gens qui avaient la jaunisse on les lâchait, ils avaient peur d’une contagion. Manque de pot, Paul n’a pas eu la jaunisse, les cachets ont rien donné.

 Et ça l’a pas empêché d’être déporté

Oui ça l’a pas, mais non parce qu’au moment où il a eu, quand les Allemands ont vu qu’ils n’arrivaient pas à savoir grand-chose, il est parti, d’abord à Besançon je crois, où il est resté une journée et puis après bon à Neuengamme

Il a été libéré par la Suède, n’est-ce pas ?

Il a été libéré par la Suède avec un périple fou, parce que vous savez que, c’est tout à fait, tout à fait à la fin…Tout à fait à la fin, il y avait eu pas mal de bombardements là et le bateau du Prince Bernadotte est arrivé à Hambourg, à Hambourg bien sûr pour récupérer le maximum de gens qui étaient encore debout et mon frère avait le typhus d’ailleurs à ce moment-là …..Comme beaucoup d’ailleurs  mais enfin lui était encore… possible, donc il a été embarqué par ce bateau qui l’a sauvé.

Et vous-même est-ce que vous avez été…vous avez risqué ?

Moi j’ai quitté la maison bien sûr comme mes parents, je suis allée dans une maison amie, et j’ai pu continuer moi à garder le contact avec le réseau. J’ai gardé le contact avec le réseau, j’ai fait ce que j’ai pu là aussi, en les aidant avec les relations que mon père avait et j’ai pu donc tout de même… le réseau ne voulait pas avoir, je dois dire, c’était la règle, pas trop de contact avec la Résistance locale, pour des questions de sécurité, mais donc je faisais quand même le lien avec les renseignements qu’eux pouvaient, que les maquis…pouvaient nous donner et que je transmettais à Georges, enfin au chef de réseau, puisque moi j’ai gardé toujours le contact avec le PC

J’ai, je n’ai pas été inquiété parce que vous savez, j’étais étudiante, enfin, je circulais à bicyclette, je, voilà… j’ai jamais été armée, jamais, mais on était vraiment la fille… comme tout le monde quoi…Il fallait avoir l’air de tous… d’être comme tout le monde….

Vos parents eux avaient, s’étaient cachés ?

Alors ils sont partis pendant 1, 2 mois presque et ils sont revenus. Une fois que rien ne s’était passé… nous avions des amis en face, au Préventorium des Roches d’ailleurs, à Chamalières, qui regardaient un peu ce qui se passait à la maison. Rien ne s’est passé pendant deux mois, personne n’est venu donc on a commencé, moi j’ai commencé à revenir, mes parents sont revenus mais ils ne sont pas restés là, ils sont partis tout de suite avec le chef de réseau qui était dans un petit hôtel à côté de Thiers, dans la campagne Thiernoise où de là ils sont restés avec lui jusqu’à la fin. C’est de là que partaient tous les messages pour Londres, donc ma mère avait appris à décoder, …. C’était vraiment une entreprise familiale.

Ils étaient insérés dans le… oui, à l’hôtel, ils avaient… bon… et mon père faisait lui des missions quand même, des missions et notamment il a fait deux missions en Bretagne. Alors il faut quand même que je vous parle un peu de la Bretagne parce que ça a été un grand moment pour Alibi.

Les renseignements que nous ne pouvions pas donner en code par la radio, par exemple les plans d’aérodromes, les plans des usines, c’était des choses trop importantes, il fallait bien les transmettre. Alors bien sûr, on a eu quelques parachutages, quelques avions qui sont venus, où on a pu, le faire atterrir mais, on a pu jeter un certain nombre de, un sac de courrier.

Surtout, notre chef de réseau a pu aller à Londres où il est resté quand même trois mois et c’est à ce moment-là qu’ils ont décidé avec Londres d’organiser les liaisons maritimes ….Les choses se passaient à l’Ile-Grande, mon père emportait le… courrier enfin, c’est là où on retrouve le rôle de Bo Sud-Ouest qui avait avec le général, qui est maintenant le général Lallart, qui avait donc un sous-réseau en Bretagne, Bo Bretagne, et lui s’est installé là-bas au moment des liaisons maritimes. Il s’est installé là-bas, en tenue de pêcheur, avec un laissez-passer de commerçant d’algues, c’est étonnant, alors il avait appris vraiment tout ce qu’il fallait savoir sur le commerce des algues… et c’est lui qui le soir de… le soir où le bateau, le petit dinghy était annoncé, la vedette anglaise s’arrêtait assez loin de la côte et puis il y avait un dinghy qui arrivait tout feux éteints, enfin à la rame, pour recevoir le sac de courrier qu’on lui jetait… Et il repartait immédiatement pour rejoindre la vedette

 Dans le courrier, il y avait des plans ? Ben y’avait tout ça, y’avait tous les plans

L’épisode de la prison d’Amiens

Alors l’histoire de la prison d’Amiens             Il y a eu un film

« Jéricho »              « Jéricho » alors il se trouve que les frères, si ma mémoire est bonne, c’était les frères Ponchardier qui voulaient absolument essayer de faire sortir de la prison d’Amiens, il y avait tout de même un certain nombre de résistants qui devaient être fusillés, on avait dit même 300. Londres nous a demandé, a demandé au réseau Alibi de se charger des messages et c’est nous qui avons fait, enfin c’est Alibi qui a fait le message pour commander le bombardement qui a eu lieu d’ailleurs mais c’était très… très… tard ça, qui a eu lieu, y’en a, y’a un certain nombre de prisonniers qui ont pu s’évader et y’a eu quand même un avion qui est tombé avec, c’est là-dedans où il y a eu Pickard.

Épilogue

Ce réseau Alibi a tenu jusqu’à la fin

Il y a t’eut beaucoup de déportés ?

Il y a eu d’abord comme victime les premiers fusillés au Mont-Valérien, au moment où le réseau était encore en Espagne. Et là il y a eu alors de très grosses imprudences, mais là nous ne les connaissions pas à ce moment-là… de gens de Paris qui ont été fusillés au Mont-Valérien. D’arrestations, si ma mémoire est bonne, il y en a eu 43 mais sur les 43, tous n’ont pas été déportés, il y en a beaucoup qui ont été relâchés. ….. Il y a eu des gens relâchés par, oui… Déportés, il y en a eu 23, et sur les 23, nous savons, qu’il y en a 5 qui ne sont pas revenus. Donc il n’y a pas eu tellement pour les nous étions 430 immatriculés au réseau.

Sur l’ensemble du territoire ?

Sur l’ensemble du territoireY compris en Espagne. C’est tout, donc il y a eu peu de dégâts, pourquoi ? Parce que ça a été tout de même le professionnalisme de notre chef de réseau, le colonel Charaudeau qui avait exigé ce cloisonnement, cloisonnement horizontal, sectoriel, nous connaissions rien nous et c’est à la Libération qu’on a appris qu’on appartenait à l’Intelligence Service, nous on ne savait pas ce que c’était, non. Oui, alors bien sûr, il y a eu tout de même, on était, nous avons eu, bon, ce professionnalisme… aussi faut dire, il y a eu des moyens, nous avons eu des moyens que beaucoup de résistants n’ont pas eu.

Ces moyens venaient Londres : Les postes les postes de radio venaient de Londres et puis les moyens financiers. Londres nous envoyait de l’argent par… nous avons eu des parachutages de vivres, d’armes, quelques d’armes d’ailleurs, … et d’argent et puis de vivres, enfin, c’était des choses amusantes… on recevait des tablettes de chocolat pliées dans du papier des Meunier qui étaient exactement les mêmes…. les Anglais avaient recopié exactement le vrai chocolat Meunier !!!!